Vous êtes victimes de nuisances sonores au sein de votre logement ? Cela créé un sentiment d’inconfort, vous empêche de vous concentrer, de dormir ? Il existe des solutions permettant de se prémunir de ce type de nuisances. L’isolation phonique en fait partie, et vous permettra de régler ce problème.

Qu’est-ce que l’isolation phonique ?

L’isolation phonique se traduit par l’ensemble des techniques permettant d’amenuiser, voire de supprimer la circulation du bruit extérieur à l’intérieur du logement. En général, elle est utilisée pour éviter trois grandes catégories de bruits gênants.

  • Les bruits aériens (indice Rw) concernant tout ce qui a attrait aux bruits diffusés par l’air (flux routier, ferroviaire, éclats de voix extérieurs, etc.).
  • Les bruits solidiens (autrement appelées bruits d’impacts, indice Db) sont tous ceux produits à cause de la configuration du logement (déplacement de personnes, chutes d’objet, claquement de porte, etc.).
  • Les bruits d’équipements (ventilation, tuyauterie, etc.)

Elle consiste à appliquer des matériaux isolants dans les sols, murs, plafonds et toits. Pour comprendre l’isolation phonique, il faut comprendre le principe de la masse. La règle est simple, plus un matériau est lourd, plus il filtre le bruit et le bloque. Ce principe étant compliqué à mettre en œuvre dans les villes déjà saturées et peu propice à l’espace, il lui est préféré le principe masse-ressort-masse. Ce deuxième principe consiste à glisser un matériau isolant entre deux parois.

Quelle différence avec une isolation acoustique ?

L’isolation phonique et l’isolation acoustique sont deux dénominations différentes, voulant dire la même chose. Cela correspond aux techniques utilisées pour réduire ou supprimer le bruit en provenance de l’extérieur, se réverbérant à l’intérieur de votre logement. Toutefois, la correction acoustique que certains mélangent avec l’isolation acoustique n’est pas la même chose. La correction acoustique consiste à améliorer la qualité sonore du logement, en évitant les échos. En cas de conversations ou de télévision qui résonnent, c’est donc la correction acoustique qui rentre en jeu.

Qu'est-ce que l'isolation phonique ?
Source : shutterstock.com

Quels sont les matériaux pour une isolation phonique ?

L’isolation phonique permet plusieurs matériaux isolants.

Si l’on se détache de plus en plus des matériaux isolants synthétiques (polystyrène, phénolique, polyuréthane) jugés polluants et dangereux, il n’en va pas de même pour les laines minérales et les matériaux naturels qui sont à la fois plus performants et moins polluants.

Souvent, les laines minérales sont privilégiées pour tous les travaux d’isolation phonique. Aussi, la laine de verre et la laine de roche sont toutes deux le résultat de la fusion entre la laine et le sable de verre pour la laine de verre, ou le sable de basalte pour la laine de roche. Toutes deux ont une très bonne durée de vie (environ 50 ans) et ne sont pas trop coûteuses.

Le liège est composé à 95 % de gaz inerte, c’est ce qui le rend si absorbant. Il est également un isolant très apprécié, en raison de son caractère naturel. Il est surtout efficace contre les nuisances sonores dues à des bruits d’impacts. S’il est peu épais (entre 2,5 et 4mm), il absorbera surtout les sons aigus. S’il est plus épais (entre 5mm et au-dessus), il absorbera les sons aiguës et les sons moyens. À savoir qu’un revêtement au sol de 5mm au moins permettra d’absorber très efficacement tout aussi bien les bruits aériens que les bruits d’impacts.

Le coton est un autre isolant phonique naturel, non polluant et non nocif pour la santé.

Où appliquer l’isolant phonique ?

L’isolation phonique revient à isoler les parois intérieurs ou extérieures de votre logement grâce à des isolants adéquats, pour couper le bruit. Ainsi pour isoler les murs et cloisons, on distingue en général 3 grandes techniques.

  • L’isolant sur ossature : Cela consiste à positionner un isolant dans un cadre spécialement creusé dans la cloison, puis à la recouvrir avec une plaque de plâtre. L’avantage avec cette solution est qu’elle permet sans problème de faire passer des gaines électriques entre l’isolant et l’ossature, ce qui permet de poser des prises électriques, contrairement au panneau sandwich.
  • La contre-cloison isolante : la contre-cloison est directement apposée sur la cloison existante. Cette solution nécessite d’avoir des murs réguliers. C’est sans doute la meilleure solution du point de vue des performances. Toutefois, elle diminue le volume de la pièce.
  • Le panneau sandwich :  c’est un panneau composé de deux plaques de matériau profilé, et d’une couche d’isolant intercalée entre ces deux plaques. Cette solution est plus utilisée pour l’isolation intérieure. On nomme cette technique le bardage double peau lorsqu’elle est utilisée pour une isolation extérieure.

La fenêtre sera également un élément crucial à prendre en compte dans le cadre de l’isolation phonique. Pour éviter la propagation du bruit extérieur à l’intérieur, mieux faut s’équiper de fenêtres à double-vitrage, plus performantes en matière de coupe-son. Si cela n’est pas possible ou revient trop cher, il est toujours possible d’opter pour la pose de volets roulants. La pose de joints d’étanchéité sera doublement efficace en matière d’insonorisation, et de barricade contre les infiltrations.

Où appliquer l'isolant phonique ?
Source : shutterstock.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici