Le diagnostic de performance énergétique qui s’impose aujourd’hui aux propriétaires a été instauré par l’État français dans un but bien précis : réduire considérablement l’émission de CO2 dans le pays d’ici une cinquantaine d’années. Que ce soit dans le cadre d’une vente ou d’une location, ce diagnostic est désormais obligatoire. Le niveau de consommation énergétique du bien immobilier est déterminé par une note et implique, selon le résultat, des travaux d’isolation. Si le DPE affiche clairement de grandes ambitions, la plupart sont d’ordre écologique.

Pourquoi réaliser un DPE de son logement ?

Le diagnostic de performance énergétique d’un bâtiment est l’étude réalisée pour déterminer le niveau de consommation en énergie de celui-ci. Devenu obligatoire en France, ce diagnostic se réalise avant une mise en vente ou en location d’une habitation. À l’issue de l’étude, deux indices sont fournis en guise de résultats : l’étiquette énergie et l’étiquette climat. La valeur de chaque indice va déterminer les travaux qu’il y a lieu de réaliser afin d’améliorer les performances énergétiques de l’habitation.

Le diagnostic de performance énergétique d’un bâtiment ne peut être réalisé par n’importe quel professionnel. Il est impératif que l’intervenant soit non seulement certifié, mais aussi assuré et indépendant. Ce sont là des critères à prendre rigoureusement en compte pour choisir un prestataire. Si vous recherchez un professionnel en Île-de-France répondant à ses règles, n’hésitez pas à contacter Monser pour tous vos diagnostics immobiliers. Ce professionnel de qualité qui offre ses services aussi bien aux entreprises qu’aux particuliers se charge entièrement de votre diagnostic de performance énergétique.

enjeux DPE immobilier

Les enjeux écologiques du diagnostic de performance énergétique

Comme nous l’expliquions précédemment, deux points essentiels définissent le diagnostic. Il s’agit en premier lieu de l’étiquette énergie qui représente l’indice illustrant la consommation énergétique (annuelle) d’un bien immobilier. L’indice s’applique graduellement de A à G et reflète le niveau de consommation de l’habitation. L’étiquette A est appliquée aux bâtiments les plus économes en termes d’énergie et signifie une consommation en dessous de 50 kWh/m²/an.

À l’inverse, les logements étiquetés G sont les plus énergivores avec une consommation en énergie excédant 450 kWh/m²/an. Dans le cas d’une consommation d’énergie importante, des travaux de rénovation sont préconisés dans le but d’optimiser cette performance.

L’étiquette climat qui représente le second point essentiel définissant le diagnostic de performance énergétique utilise également les mêmes valeurs que l’étiquette énergie (A à G). Cela dit, l’objectif ici est de présenter le taux de gaz à effet de serre émis par l’habitation. Les logements étiquetés A sont ceux qui émettent la plus faible quantité de gaz à effet de serre contrairement aux bâtiments G.

Le principal enjeu écologique du diagnostic de performance énergétique d’un immeuble est de réduire l’impact sur l’environnement. L’émission de gaz étant l’un des nombreux facteurs contribuant au réchauffement climatique, une règlementation plus stricte à ce sujet permettra de diminuer l’impact environnemental. Une fois le diagnostic établi, outre les équipements à remplacer et les travaux à envisager, des conseils sont prodigués par le diagnostiqueur afin d’améliorer les dépenses énergétiques de la maison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici