Dans un contexte de réchauffement climatique, nous voudrions allier notre envie de baignade et de rafraîchissement à nos valeurs écologiques et environnementales. La piscine naturelle est la meilleure solution à ce dilemme. Fonctionnement, construction, aménagement et budget : voici comment construire une piscine naturelle et écologique dans son jardin.

Comment fonctionne une piscine naturelle ?

La piscine naturelle séduit de plus en plus d’adeptes pour son concept écologique, durable et autonome. Le lagunage permet d’épurer l’eau de la piscine naturellement grâce aux plantes présentes dans le bassin. Celles-ci assurent la filtration, éliminent les impuretés et les substances toxiques de l’eau pour profiter d’une eau sans aucun produit chimique dangereux pour la peau et les voies respiratoires (irritations et allergies notamment) tel que le chlore.
L’eau d’une piscine naturelle ne sera pas aussi propre et limpide qu’une piscine traitée chimiquement. Seules la faune et la flore assurent la qualité de l’eau de baignade. Divers petits habitants peuvent d’ailleurs élire domicile dans le bassin : grenouilles, crevettes, moustiques, et autres insectes. La construction d’une piscine naturelle est l’occasion d’aménager son jardin harmonieusement avec des substrats décoratifs qui camouflent élégamment les matériaux de construction et la structure (béton, bois, graviers).

Comment construire une piscine naturelle ?

Déterminer le bon emplacement

Pour construire une piscine naturelle, il faut d’abord déterminer le bon emplacement. Ce type de construction nécessite une surface assez grande : pour profiter d’un bassin de baignade de 20 m², il faut prévoir une surface totale d’au moins 100 m² ! Consultez les réglementations en vigueur pour connaître les démarches à faire pour la construction de votre piscine.

Construire les différents bassins

Une piscine naturelle nécessite autant de surface, car elle est composée de 3 zones : baignade, épuration (filtration) et régénération. Il est primordial de respecter les dimensions de ces 3 espaces pour assurer un bon équilibre biologique de votre écosystème. La construction de la structure est généralement en béton. Celui-ci peut être recouvert de bois, de pierre, de carrelage ou d’EPDM (membrane en éthylène propylène) Une zone de débordement allant de la zone de baignade au bassin d’épuration évite la stagnation de l’eau. Vous pouvez aussi utiliser une pompe pour faire circuler l’eau dans toute la structure.

Choisir les bonnes plantes

La flore d’une piscine biologique est l’élément essentiel au bon fonctionnement du lagunage. Il faudra choisir différents types de plantes :

  • épuratrices : pour filtrer l’eau de toutes les substances toxiques (nitrates, phosphates) telles que la menthe aquatique ou la jacinthe d’eau ;
  • régénérantes : le jonc ou la laîche permettent à l’eau de se régénérer et de rester propre ;
  • oxygénantes : pour créer un petit écosystème accueillant des crevettes, des grenouilles, du zooplancton, etc.

Afin de préserver l’équilibre de cet écosystème, il est vivement déconseillé de se baigner après s’être appliqué de la crème solaire par exemple.

Comment construire une piscine naturelle ?
Source : shutterstock.com

Quel budget faut-il prévoir ?

Le coût d’une piscine naturelle est bien plus onéreux qu’une piscine traditionnelle, environ 20 à 30% de plus. Le budget à prévoir ne s’arrête pas uniquement à l’achat de la piscine en elle-même, aux matériaux de construction ou aux plantes et minéraux. Il englobe également :

  • l’eau : à cause de l’évaporation naturelle, il faudra remplir son bassin d’environ 50㎥ d’eau tous les ans ;
  • les pompes : pour faire circuler l’eau, mais aussi pour maintenir une température moyenne stable de 25°C (pompe à chaleur réversible dans les régions chaudes) ;
  • les frais d’électricité liés à l’utilisation des pompes ;
  • l’entretien des berges et des plantes par des spécialistes.

Le coût d’une piscine naturelle varie en fonction de ses dimensions, de ses aménagements, du terrain piscinable à creuser, etc. Comptez de 20 000 à 60 000€ TTC pour une piscine naturelle.

Comment entretenir une piscine naturelle ?

L’avantage principal d’une piscine naturelle est qu’elle est autonome et ne demande quasiment aucun entretien : la faune et la flore suffisent à filtrer l’eau et assurer l’équilibre de tout l’écosystème du bassin. Cependant, comme dans un étang, des algues peuvent aussi apparaître. Il faudra alors nettoyer les parois du bassin régulièrement (une fois par semaine) pour éviter qu’elles ne prolifèrent et attirent les moustiques. Les berges doivent, elles aussi, être entretenues pour éviter tout risque de glissade ou de chute.

La piscine naturelle séduit pour son fonctionnement écologique, plus en accord avec ses valeurs environnementales, mais reste un investissement coûteux. Sachez que les piscines naturelles en kit à installer soi-même sont 2 à 3 fois moins chères !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici