Pour maintenir le confort thermique dans nos habitations en été, surtout durant les épisodes caniculaires et de vagues de chaleur, la climatisation est indubitablement notre meilleur allié. Mais encore faut-il la choisir minutieusement. Néanmoins, ce choix peut parfois relever du casse-tête chinois dans un marché qui propose de plus en plus d’options et de modèles. Climatiseur fixe ou mobile, monobloc, monosplit ou multisplit, pompe à chaleur ou climatiseur réversible… On n’a que l’embarras de choix. Faisons un tour d’horizon des différents points à prendre en considération avant de choisir sa climatisation.

Les différentes catégories de climatisation

Tous ceux qui désirent savoir comment bien choisir une climatisation doivent en tout premier connaître les différentes catégories de climatiseurs. On en distingue le plus souvent 2 catégories.

Le modèle monobloc

La première catégorie regroupe les modèles monoblocs. Ce type de climatiseur est un système composé d’une seule et unique unité intérieure qui peut être fixe (posé au sol et au mur), mobile (sur roulettes) ou fenêtre (à encastrer dans une fenêtre). Il regroupe alors l’ensemble de ses fonctions frigorifiques dans un même élément. Se voulant polyvalent et facile à mettre en place, il convient plus particulièrement à un usage ponctuel et est recommandé si l’on désire climatiser une pièce de moins de 35 m2.

Le modèle split

Le modèle split est constitué d’une unité extérieure et d’une (monosplit) ou plusieurs (multisplit) unités intérieures. Le ou les blocs extérieurs ont un groupe condenseur-compresseur raccordé à l’unité intérieure par le biais de deux tubes frigorifiques (aller et retour). L’unité intérieure se décline en plusieurs variantes : murale, console, gainable, mobile, cassette…

Comparativement à son homologue monobloc, il est bien plus performant, plus puissant et plus sophistiqué. Il s’accorde parfaitement à une utilisation régulière. Sa version monosplit peut climatiser une pièce allant jusqu’à 35 m2, voire jusqu’à 40 ou 60 m2 si elle est bien isolée. Quant à la variante multisplit, elle a la capacité de rafraîchir simultanément jusqu’à 5 ou 6 pièces.

La climatisation réversible

Qu’il soit monobloc ou split, un climatiseur peut combiner climatisation et chauffage, auquel cas on parle de climatiseur réversible ou pompe à chaleur air-air. Cette particularité en fait ainsi un dispositif pouvant produire de la fraîcheur en état et fournir une chaleur d’appoint en hiver. Selon le modèle, une climatisation réversible peut bénéficier de la technologie « inverter » lui permettant de réduire à son strict nécessaire la puissance du compresseur pour atteindre la température voulue. Elle évite ainsi les pics de consommation énergétique à chaque redémarrage ainsi que la sensation de courant d’air au moment de la mise en route.

Sur quels critères choisir sa climatisation ?

À présent que l’on est au courant des différents types de climatisation, on peut désormais porter son attention sur les critères à retenir au moment de choisir son appareil. Parmi ceux-ci, on cite notamment :

  • Le nombre de pièces à climatiser : monobloc ou monosplit (une seule pièce qui ne dépasse pas 35 m2), multisplit (jusqu’à 5-6 pièces) ;
  • Les besoins et préférences du foyer : solution pérenne ou d’appoint, climatisation standard ou réversible, avec ou sans inverter ;
  • L’aspect esthétique : certains modèles se révèlent plus élégants que d’autres ;
  • Le confort sonore : les monoblocs sont bruyants (50 à 55 dB), tandis que les modèles splits le sont moins (35 à 40 dB pour le bloc intérieur et 45 à 55 dB pour chaque unité extérieure) ;
  • L’installation : les monoblocs sont plus faciles à mettre en place, alors que les splits requièrent d’importants travaux ;
  • La puissance : on doit prévoir 100 à 130 watts/m2 pour bénéficier d’un confort thermique optimal et éviter la surconsommation énergétique. Cependant, on a besoin de plus de puissance si son logement est mal-isolé. En cas d’incertitude, il est conseillé de faire réaliser un bilan thermique pour déterminer la puissance adéquate ;
  • La classe énergétique : celle-ci est estimée à partir des coefficients SEER (performance en été) et SCOP (performance en hiver qui concerne plus particulièrement les modèles réversibles). Ainsi, selon les performances énergétiques de la climatisation, celle-ci peut avoir une note allant de A+++ (excellente) à G (médiocre).

On doit enfin prendre en considération le coût de l’appareil. Cela dépend de nombreux facteurs, à savoir la puissance, la marque, la gamme, les options, le nombre d’unités extérieures (modèles splits), etc. À titre indicatif, le prix d’un monobloc oscille entre 400 et 3 000 € (hors installation), tandis que celui d’un split varie de 800 € à 7 000 €.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici