En pleine transition énergétique ? Factures trop élevées à cause d’une mauvaise isolation ? Si vous avez décidé d’engager des travaux pour rénover votre habitation et mieux l’isoler, vous devez connaître l’utilité du coefficient d’isolation thermique pour choisir les matériaux isolants les plus adaptés à vos besoins et à votre situation. Définition, rôle et coefficients à respecter pour une isolation optimale de votre habitation : tout ce que vous devez savoir avant de vous lancer dans vos travaux de rénovation.

Le coefficient d’isolation thermique, c’est quoi ?

Définition

Le coefficient d’isolation thermique est une indication sur la résistance d’un matériau isolant face au froid, à la chaleur et aux variations de température. Dans un contexte de rénovation énergétique de votre habitation, il est primordial de connaître la résistance thermique des matériaux que vous choisissez pour bien vous isoler, été comme hiver. Celle-ci est indiquée par la lettre R et s’exprime en ㎡.K/W, soit Kelvin par Watt. Plus le coefficient thermique est élevé, plus le matériau en question sera isolant et efficace.

Une habitation mal isolée représente 25% de déperditions énergétiques par les murs. Cela peut expliquer que vous ayez du mal à chauffer votre logement, à conserver la chaleur à l’intérieur l’hiver ou la fraîcheur l’été, que l’angle reliant le mur et le sol de vos pièces ou les contours des portes et fenêtres fassent circuler le froid (ponts thermiques)… Une mauvaise isolation thermique a pour conséquences :

  • un inconfort thermique quotidien ;
  • des factures trop élevées (électricité, chauffage, ventilation, etc.) ;
  • des émissions de gaz à effet de serre importantes ;
  • une mauvaise protection extérieure de vos murs contre la météo notamment qui augmente le risque de dégradations et de fissures. 
Le coefficient d'isolation thermique, c'est quoi ?
Source : shutterstock.com

Rôle

En choisissant des matériaux avec un indice de résistance thermique élevé, votre isolation sera performante et efficace. Cet indice vous permet de connaître l’épaisseur du matériau à installer dans votre logement pour atteindre un gain énergétique suffisant. Avant d’acheter vos matériaux, vérifiez les informations suivantes sur leur étiquette :

  • conformité ;
  • résistance thermique ;
  • certification par l’ACERMI (Association pour la Certification des Matériaux Isolants) ;
  • caractéristiques techniques.

En prenant 2 isolants différents par exemple, avec une épaisseur égale, vous pouvez connaître le plus performant des 2 en vérifiant leur conductivité thermique (capacité à conduire la chaleur) exprimée avec un λ. Le matériau ayant une conductivité plus faible sera le plus isolant. De cette façon, vous pouvez choisir un matériau plus ou moins épais en fonction de ses performances. La résistance thermique doit également être spécifiée sur vos factures pour vous permettre de bénéficier d’aides financières de l’État.

Quels sont les différents coefficients d’isolation ?

Pour connaître la résistance thermique d’un isolant, la formule de calcul est très simple : R = e / λ, c’est-à-dire l’épaisseur de l’isolant exprimé en mètre divisé par sa conductivité thermique (lambda). La Réglementation Thermique (RT) 2012 a instauré des seuils de résistance thermique minimum : chaque isolant doit donc respecter une un coefficient d’isolation thermique spécifique pour vous assurer de réelles économies énergétiques (donc un amortissement de votre investissement à moyen terme) mais aussi pour être éligibles aux aides financières proposées par l’État. Ce coefficient diffère selon l’emplacement de vos isolants :

  • planchers bas : 3 ㎡.K/W ;
  • murs : 3,7 ㎡.K/W ;
  • toitures et terrasses : 4,5 ㎡.K/W ;
  • combles aménagés : 6 ㎡.K/W ;
  • combles perdus : 7 ㎡.K/W.

Hydrophobes, thermorésistants ou phoniques, vos isolants doivent être respirants et surtout bien installés pour ne pas perdre de leur efficacité. Faites appel à un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) pour rester éligible aux aides de l’État. Parmi la diversité des isolants, vous pouvez opter pour des matériaux :

  • minéraux : laine de roche ou laine de verre ;
  • synthétiques : polystyrène extrudé ou expansé ;
  • écologiques et naturels : chanvre, coton, bois, ouate de cellulose.
Quels sont les différents coefficients d'isolation ?
Source : shutterstock.com

L’épaisseur de votre matériau influence sa résistance thermique. Voici un exemple avec la laine de verre, ayant actuellement le meilleur rapport qualité / prix sur le marché  :

  • – 100 mm d’épaisseur : R = 2,50 à 3,30 ㎡.K/W ;
  • – 240 mm d’épaisseur : R = 6,85 ㎡.K/W (avec une conductivité thermique de 0.035W/(m.K)) ;
  • – 300 mm d’épaisseur : R = 7,50 ㎡.K/W (lambda = 0.040W/(m.K)).

Plus votre laine de verre sera épaisse, plus votre coefficient d’isolation thermique sera bon, voire excellent, idéal pour isoler les combles notamment.

Selon votre budget et vos exigences, vous pouvez choisir d’isoler thermiquement les murs de votre habitation par l’intérieur ou par l’extérieur. Le choix du matériau dépendra principalement de son coefficient d’isolation thermique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici