La toiture est la toute première protection d’un bâtiment et de ses occupants contre la chaleur, le froid, la pollution sonore et les intempéries. Le toit contribue de surcroît à l’efficience énergétique du logement, en sachant que quand il n’est pas suffisamment étanche, jusqu’à 30 % des pertes thermiques totales du bâtiment peuvent s’y opérer. Il est donc évident que le toit soit souvent une priorité lorsque l’on rénove son habitation. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’il justifie déjà d’une certaine ancienneté. Cet article fait le point sur les signes annonciateurs d’une toiture ancienne à rénover. Mais avant, il conviendra de bien comprendre ce qu’est une rénovation de toiture.

Qu’entend-on par rénovation de toiture ?

La rénovation de toiture recouvre différents travaux bien distincts. Dans tous les cas, le propriétaire doit s’attribuer les services d’un couvreur expérimenté comme couvreur-pro-91.fr : il est en effet indispensable de déléguer ce type de travaux particulièrement délicats à un professionnel. Et ce, même si vous êtes un excellent bricoleur.

Le nettoyage de toiture

Cette opération consiste à nettoyer en profondeur le toit afin d’en rehausser l’aspect extérieur et surtout d’en rallonger la durée de vie. Ce type de rénovation s’impose lorsqu’une réfection n’est pas indiquée. Il s’agit plus précisément d’enlever tous les débris qui se situent sur la toiture, à savoir les branches et les feuilles. Le nettoyage permet de débarrasser également la couverture des lichens, mousses et autres saletés. Couverture, gouttières, fixations, noues, faîtages et arêtes, saillies, éléments décoratifs… Tous les éléments qui s’articulent autour de la toiture sont concernés. À l’issue du nettoyage, un traitement hydrofuge ou anti-mousse peut être prescrit. On peut aussi en profiter pour réparer les légers dégâts.

vieilles tuiles

La réfection de toiture

Elle est prescrite lorsque de gros dégâts ou des soucis récurrents d’infiltration ou d’humidité qui ne peuvent pas être réparés sont constatés. La réfection peut aussi s’opérer lorsque le propriétaire souhaite améliorer l’isolation thermique de la toiture ou booster la qualité de vie dans le logement. Dans tous les cas, elle peut être totale ou partielle selon la gravité des dégâts et peut éventuellement entraîner la reprise de la charpente.

Quel est le bon moment pour rénover une toiture ancienne ?

Tout d’abord, une toiture ancienne doit faire l’objet d’un contrôle rigoureux tous les ans si elle date de 40 ans, ou tous les 2 ans si elle est âgée de 20 ans. Mais peu importe l’ancienneté du toit, il est pertinent de le faire contrôler par un couvreur chevronné après chaque épisode d’intempéries pour constater immédiatement les tuiles cassées ou envolées, car les dégâts peuvent s’aggraver progressivement.

La réfection complète ou partielle d’un vieux toit est systématiquement prescrite en cas de dégâts importants comme l’affaissement de la toiture, des problèmes récurrents empiétant sur le confort (humidité, infiltration…), la défaillance au niveau de l’isolation thermique… Il faut aussi refaire sa toiture lorsque certains bardeaux ne sont plus en place ou abîmés puisque cela peut déboucher sur des problèmes d’étanchéité. En outre, si lors de l’inspection, le couvreur constate une certaine quantité de débris qui proviennent des bardeaux dans la gouttière, il peut prescrire la réfection du toit. C’est aussi le cas lorsque :

  • les crochets des ardoises sont oxydés,
  • les tuiles sont ondulées ou cassées,
  • la couverture en zinc est rugueuse.

Par ailleurs, si la toiture n’a subi aucun dégât important, mais qu’en revanche les tuiles sont recouvertes de mousses ou de lichens, c’est un indice majeur qui laisse entendre que le toit a besoin d’être nettoyé en profondeur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici