Des murs non isolés peuvent entraîner la perte de 25 % de la chaleur d’un bâtiment. Ils sont donc prioritaires au même titre que la toiture lors de la rénovation thermique. Pour rappel, la couverture représente jusqu’à 35 % des déperditions d’énergie d’une habitation. Afin d’isoler vos murs, vous pouvez opérer par l’extérieur ou l’intérieur. La seconde option est souvent privilégiée à cause de son côté pratique et peu onéreux.

Quels sont les avantages d’isoler ses murs par l’intérieur ?

L’intervention par l’intérieur facilite nettement l’isolation des murs d’une maison. En effet, vous n’aurez pas besoin de toucher à votre façade pour poser les isolants. Les travaux seront ainsi moins lourds par rapport à d’autres actions comme l’isolation des toits. Si vous savez comment isoler un pignon de maison, vous apprécierez cette particularité de l’ITI (isolation thermique par l’intérieur).

La méthode par l’intérieur contribue par ailleurs à assurer l’efficacité des isolants sur des façades discontinues. Dans ce cas, l’isolation par l’extérieur s’avère inadaptée, car l’enveloppe manquera de continuité. Cette situation affectera nécessairement les performances de l’ITE (isolation thermique par l’extérieur). Au niveau des murs, l’ITI permet également de :

  • Préserver l’esthétique extérieure de votre logement ;
  • Supprimer les phénomènes de condensation sur les parois ;
  • Réduire le coût de l’opération par rapport à une ITE ;
  • Cacher le circuit d’alimentation d’eau et les gaines électriques dans les murs.

Cependant, vous devrez prévoir des travaux plus invasifs, si vous souhaitez limiter l’impact de l’isolation sur la surface habitable. Il faudra effectivement mettre à nu les murs structurels du bâtiment.

Quels sont les avantages d’isoler ses murs par l’intérieur ?
Source : shutterstock.com

Quels sont les meilleurs isolants pour les murs ?

Pour réaliser une isolation par l’intérieur, vous pouvez choisir entre divers matériaux possédant chacun leurs atouts. Vous avez notamment la possibilité d’opter pour :

  • La ouate de cellulose. Provenant du recyclage du papier, elle améliore aussi l’isolation phonique de la maison. Vous devez toutefois utiliser des isolants de 15 à 20 cm d’épaisseur pour optimiser les résultats ;
  • La laine de bois. Ce matériau dense possède une bonne capacité thermique, utile en hiver comme en été. Pour plus d’efficacité, prévoyez des revêtements de 14,5 à 16 cm d’épaisseur ;
  • Le textile recyclé. Il s’agit également d’un excellent isolant phonique à partir de 15 à 20 cm d’épaisseur ;
  • La laine de chanvre. L’épaisseur idéale est de 15 à 18 cm pour ce matériau à forte perméabilité ;
  • La laine de verre. Elle fait partie des matériaux les moins onéreux du marché. Vous devrez toutefois poser 12 à 16 cm d’isolant pour garantir son efficacité ;
  • La laine de roche. Économique et confortable, cet isolant est plus performant avec une épaisseur de 12,5 à 16 cm ;
  • Le polystyrène expansé. Le matériau synthétique affiche des performances thermiques remarquables. Pour une efficacité optimale, posez des isolants de 14 à 19 cm d’épaisseur ;
  • Le polyuréthane. Grâce à son pouvoir isolant, il est moins encombrant par rapport aux autres matériaux. Vous aurez seulement besoin de 9 à 11 cm d’isolants pour assurer votre confort.

En définitive, le meilleur isolant sera déterminé par vos priorités (prix, encombrement, disponibilité, facilité de mise en œuvre, etc.).

Quel budget faut-il ?

Vous aurez besoin de 6 000 à 12 000 euros pour réaliser l’isolation des murs d’une maison par l’intérieur. Ce coût inclut les isolants et la pose, d’après l’Anah (Agence nationale de l’habitat). Les prix oscillent ainsi entre 11 et 17 euros par mètre carré, hors installation, selon les professionnels en rénovation. Dans la pratique, le budget dépendra surtout de la surface du logement, du matériau privilégié et de la méthode d’installation.

Sur le plan technique, vous avez notamment le choix entre l’isolation sous ossature métallique, par doublage collé ou par lame d’air. Les intervenants vous orienteront vers la technique la plus adaptée au logement et au matériau utilisé. Néanmoins, ce facteur a généralement peu d’incidence sur le coût des travaux. Votre budget sera en grande partie déterminé par le type d’isolant choisi.

À titre indicatif, comptez en moyenne entre 50 et 90 euros au mètre carré pour une ITI. Ce prix inclut, cette fois-ci, l’intervention de professionnels du bâtiment. Pour alléger vos dépenses, vous disposez actuellement de plusieurs aides à la rénovation thermique. Vous pouvez solliciter entre autres MaPrimeRenov’, l’éco-PTZ, la prime énergie et la TVA réduite.

Quel budget faut-il ?
Source : shutterstock.com

Quel gain d’énergie ?

Après l’isolation des murs d’une maison, vous aurez la possibilité de supprimer 20 à 25 % de vos pertes d’énergie annuelles. Il s’agit toutefois d’un maximum théorique. Tout dépendra des performances des isolants utilisés et du savoir-faire des artisans contactés. Cela dit, vous pourrez obtenir de meilleurs résultats et accéder aux aides publiques en travaillant avec des professionnels RGE.

D’autre part, il est vivement conseillé de privilégier les meilleurs isolants du marché pour optimiser le gain d’énergie. À titre de rappel, cette qualification concerne :

  • La laine de verre ;
  • La laine de roche ;
  • Le verre cellulaire ;
  • Le liège ;
  • La laine de bois ;
  • Les fibres de bois ;
  • La laine de chanvre ;
  • La laine de lin ;
  • La ouate de cellulose ;
  • Le polystyrène expansé ou extrudé ;
  • La mousse de polyuréthane.

Enfin, il est important de prêter attention aux principaux indicateurs dans le domaine, comme la résistance thermique (R), la densité, la perméabilité…